Conclusion

          Comme nous venons de le voir, la consommation moyenne de viande dans le monde est élevée, et en perpétuelle augmentation. Avec deux milliards d'hommes de plus en 2050, il faudra redoubler d'effort afin que la demande soit comblée, mais il ne faudra pas négliger notre environnement. Car, comme nous l'avons vu, consommer de la viande a de nombreux effets néfastes sur l'environnement, que ce soit au niveau climatique, énergétique, en terme d'espace et de nécessité d'eau douce. C'est pour ces effets qu'il serait préférable de consommer moins de viande. Cette diminution nous apporte également une meilleure santé. Cela nous aidera aussi à mieux prendre en compte les souffrances animales, dans les abbatoirs et dans l'élevage intensif. De plus, produire moins, permettrait de réserver les céréales et de nourrir les personnes souffrant de la faim dans les monde.                                                                                                                                                           Mais si nous limitons notre consommation de viande, il est indispensable de savoir équilibrer notre alimentation, et donc de retrouver tous les apports en protéine de la viande en combinant des céréales et des légumineuses. Nous avons donc trouvé toutes les réponses aux questions que nous nous sommes posées au début de notre enquête sur le vrai visage de la viande.

          Mais nous nous en sommes pas restés là, nous n'avons pas voulu nous satisfaire d'un simple TPE avec seulement des recherches, nous avons voulu instaurer du concret, des choses que l'on ne trouvent pas uniquement sur internet, c'est pour cela que nous avons participé à la mise en place un repas végétarien au self de notre lycée. Ce repas a permis de prouver que contrairement aux idées reçues, en plus d'être meilleur pour notre santé et notre environnement, manger végétarien, peut être délicieux au niveau gustatif.

          Nous sommes conscients qu'il sera difficile de changer notre façon de vivre, sans viande. Cependant, il est possible de faire un effort. Il serait donc préférable, d'en manger tous un peu moins. Favoriser l’élevage extensif dans une logique de développement durable, permettrait d'améliorer la qualité au dépend de la quantité. 

          Ainsi, en diminuant notre consommation, ne serait ce qu'une fois par semaine ou même par mois, tous ensemble, nous aurions la possibilité d'améliorer certaines choses.                                                             Dans un monde où les écosystèmes des grandes forêts tropicales ne sont pas respectés, ne serait-il pas préférable de réduire la déforestation ?                                                                                                             Dans un monde où le réchauffement climatique devient une menace importante, ne serait-il pas préférable de réduire nos émissions de gaz à effet de serre ?                                                                                               Dans un monde où l'eau douce se fait rare et n'est pas accessible à toute la population, ne serait-il pas préférable de délaisser les aliments nécessitant beaucoup d'eau ?                                                                                   Nous ne vous demandons pas d'arrêter de manger de la viande, juste de penser désormais, à chaque fois que vous en consommez, aux impacts que cela engendre.

Logo

MERCI

 

↑ En haut !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×